Expérience dans un village traditionnel – Sarahandrano

Lors de notre périple malgache, nous sommes allés à la rencontre de Mi Hen, un producteur malgache d’huiles essentielles et de vanille habitant un village totalement isolé dans la jungle du Nord de Madagascar, au bord d’un fleuve vers Antalaha. Notre séjour d’une semaine a été une expérience extraordinaire, hors du temps, dans un cadre et avec des gens incroyables.


Notre périple jusqu’au village



Le matin, nous nous sommes rendus au port d’Antalaha pour trouver une pirogue voulant bien nous mener à notre village en compagnie de Cristel, le fils de Mi Hen, qui fut notre guide lors de cette traversée.

A ensuite débuté un long (très long…) trajet en pirogue, sur la rivière. Malgré la pluie battante durant les 8 heures de traversée, nous avons pu profiter d’un paysage magnifique avec une végétation luxuriante tout le long de la rivière. Des bambous géants ornaient les rives, accompagnés d’arbres à coton et de bananiers remplis de régiments de bananes. Le temps de trajet a été principalement dû au faible niveau de l’eau, qui atteignait par endroits seulement 15 à 20 centimètres. Il fallait alors sortir de la pirogue pour la pousser et la déloger du sol sableux.


Pour le repas, nous nous sommes arrêtés dans une petite gargote au bord de l’eau. Nous avons pu y goûter l’eau de riz (Rano ampango en malgache), une boisson faite à partir du riz qui reste au fond de la casserole après cuisson, que l’on fait griller au feux de bois et qui est ensuite infusé dans l’eau. Cette infusion au goût prononcé de riz grillé a des vertus médicinales et est très désaltérante. Nous avons également pu manger des épis de maïs cuits à l’eau dans leur enveloppe végétale. Ce repas nous a permis de tenir pour les quelques heures restantes de pirogue.


Notre arrivée au village



Notre arrivée a été annoncée par de fortes effluves d’ylang et d’odeurs marines rappelant la calone, provenant certainement d’une fleur que nous ne pouvions voir. Après avoir posé pied sur le rivage sableux, des enfants nous ont accueillis et nous ont suivis tout en jouant et riant. Nous avons alors pu découvrir un authentique village traditionnel malgache isolé au cœur de la jungle, longeant les bord de rives. Les maisons étaient faites de bois, de bambou tissé et les toits étaient constitués de feuilles de bananier ou de tôle. De nombreux animaux peuplaient ce petit village : zébus, poules, coqs, canards, porcs, poussins, tortues, chiens, chats… Une unique rue traversait tout le village sur environ 500 mètres et desservait l’ensemble des habitations.


Nos découvertes olfactives et gustatives


Le village aux mille senteurs

Nous avons eu l’opportunité à Sarahandrano de sentir de nombreuses odeurs qui nous étaient pour certaines encore inconnues. Nous avons ainsi pu découvrir le longoza, le clou de girofle, la baie de St Thomas, le ravensara et bien d’autres !

Mais celle qui nous a le plus marqué a été la fleur de caféier, qui nous a envoûté par son odeur exquise de fleur d’oranger et jasmin, accompagnée d’une facette muguet et miellée. Chaque jour, nous ne pouvions pas nous empêcher de nous arrêter quelques minutes à chaque fois que nous passions devant ces fleurs tant l’envie de les ressentir était forte.




Nous avons également pu sentir la vanille a chacune de ses étapes : du plant de vanille dans les champs au traitement de la gousse (lire l’article complet sur la vanille). Nous avons ainsi eu l’occasion de polliniser nous-même des fleurs de vanille, ou encore sentir les différentes gousses noires à l’étape de séchage et triées en fonction de leur taux d’humidité.


Découvertes gastronomiques

L’ensemble de la famille de Mi Hen nous a chaleureusement accueilli chez eux et nous a fait découvrir de délicieux plats malgaches durant tout notre séjour. Nous avons notamment goûté le bonbon coco, une friandise à base de sucre et de noix de coco au colorant rouge vif. Nous avons aussi pu essayer le bouillon à base de petits haricots (tsaramass) et d’une plante nommée Bred Mafana, qui est une petit fleur jaune au pouvoir anesthésiant surprenant. Le matin, nous avions le plaisir de déguster au petit déjeuner du manioc cuit avec un peu de sucre, le goût et la consistance étant semblables à ceux de la châtaigne.
(Lire l’article complet sur la gastronomie malgache)

L’intégralité des plats sont cuisinés au feu de bois dans cette petite cuisine atypique.

Un point nous a tout particulièrement marqué : le fait qu’ils soient totalement autonomes pour se nourrir. Ici, pas de supermarchés, ni de boucher ou de primeur ! La famille dans laquelle nous étions se nourrit au quotidien avec ce que la nature lui offre, ni plus ni moins. Mi Hen possède en effet des rizières qui lui permettent avec deux récoltes annuelles d’avoir suffisamment de riz toute l’année pour toute la famille. Aussi, ils possèdent autour et dans le village des arbres fruitiers à profusion leurs offrant un nombre varié de fruits tels que la papaye, la noix de coco, la mangue, le litchi, la banane… Dans la cour de Mi Hen, il y a également de nombreux canards, poules, oies et cochons, ainsi que des zébus aux alentours du village. Tout cela leur permet ainsi de pouvoir se nourrir quasi exclusivement de leurs champs et bétails. Cette façon de vivre nous a vraiment intrigué et attiré, nous avions l’impression que tout était plus « vrai » et en harmonie totale avec la nature.


La fin d’un moment à part


Le départ de cet endroit hors du temps à été encore plus difficile que nous aurions pu l’imaginer. Nous avons énormément appris durant ces quelques jours dans ce petit village avec cette famille si généreuse, et sommes ravis d’avoir fait toutes ces découvertes olfactives et culinaires !

One thought on “Expérience dans un village traditionnel – Sarahandrano

  1. Une magnifique expérience de vie ! Je vous souhaite de continuer à découvrir de nouvelles odeurs fantastiques, à faire la connaissance de personnes formidables et à vous enrichir de toutes ces cultures !
    Merci pour cet article passionnant 😉

Répondre à Claire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *